Émissions nettes de Gaz à Effet de Serre des exploitations en PTD



Protocoles :

Logo ''Dia’terre'' : http://www.ademe.fr/expertises/produire-autrement/production-agricole/passer-a-laction/dossier/levaluation-environnementale-agriculture/loutil-diaterre

Le logiciel Dia’terre®, conçu par l’ADEME et ses partenaires agricoles est utilisé pour les diagnosticsdes émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Les techniciens CAVEB ont suivis une formation de 3 jours dispensée par Solagropour être habilités à l’utilisation de cet outil.

Schéma des flux d'émissions de Gaz à Effet de Serre - source Solagro

Ce diagnostic est réalisé sur une campagne culturale complète sur l’ensemble de l’exploitation. Il permet de chiffrer les émissions des différents types de GES en renseignant l’ensemble des activités de l’exploitation.

 

Il existe différents types de GES, ceux si sont exprimés grâce à une unité unique « la tonne équivalent CO2 » (TeqCO2). Les sources d’émissions brutes de GES des élevages bovin et ovin sont diverses :

 

• La consommation d’énergie (en bleu) lors de la fabrication et du transport des intrants du matériel et des bâtiments,

 

• Les animaux (en marron) au cours de la rumination des bovins et des ovins, mais aussi issues des déjections animales stockées,

 

• Les sols (en vert) lors du travail du sol, de la fertilisation et lorsque les sols sont laissés à nu.

 

La quantité de GES émise varie en fonction des ateliers présents sur l’exploitation. Les exploitations conduisant des ateliers hors-sol (ateliers dans lesquels les animaux sont maintenus à l’intérieur des bâtiments et nourris avec des aliments distribués uniquement) voient leurs émissions de GES augmentées par rapport à des exploitations ayant des ruminants pour seul atelier d’élevage.

A l’inverse, les prairies naturelles valorisées en PTD ou non stockent du carbone dans le sol mais également au sein de la végétation arbustive : haies, arbres et bosquets.

Les émissions « nettes » de GES correspondent à la différence entre les émissions brutes et la variation de stockage dans les sols des prairies et les plantations. Les bilans environnementaux nous permettent de chiffrer ces émissions sur une année complète pour l’ensemble des activités de l’exploitation.

Un réseau de 50 exploitations a été constitué pour réaliser ces diagnostics avant la mise en place du PTD. Ces études seront réalisées de nouveau en fin de projet pour suivre l’évolution des émissions de GES.

Suivi des actions et impacts du projet :

accès grand public
accès partenaires seulement


  • L’intensité climatique des exploitations, donne une information sur les émissions brutes de GES ramenées à la surface (TCO2/ha SAU) pour s’affranchir de la taille des exploitations.
    A noter que l’ensemble des exploitations sont représentées quels que soient les ateliers et le degré de spécialisation. Les exploitations conduisant en parallèle des ateliers hors sol (ateliers dans lesquels les animaux sont maintenus à l’intérieur des bâtiments et nourris avec des aliments distribués uniquement) sont exclues.

mise à jour :  28/12/2017

accès grand public
accès partenaires seulement


  • Le profil des émissions de GES des exploitations de ruminants permet de cibler et de quantifier les différentes sources d’émissions de GES et de stockage carbone.

mise à jour :  28/12/2017

accès grand public
accès partenaires seulement


  • La part des postes émetteurs de GES et du stockage carbone relatifs aux postes rumination, aliments achetés et engrais est très variable d’une exploitation à l’autre. Il en est de même pour le stockage carbone.

mise à jour :  28/12/2017